Arras... être écrivain dans le pas-de-calais... et partir... revenir

De Stéphane Ternoise
Candidat de la ruralité réelle aux élections présidentielles 2017
http://www.candidat.info
Informations et sollicitation de votre parrainage.
La lettre du 22 novembre 2016.

Internet constitue l'axe majeur de ma campagne présidentielle. La vidéo y jouera un rôle essentiel : donc youtube.

Vous inscrire, me "suivre", est gratuit, géré par youtube. Et vous permettra également de découvrir mes créations dans les domaines de la chanson, des sketchs, reportages : Une chaîne toute récente... car dans ma campagne lotoise, l'adsl vient tout juste d'arriver...

Madame, Monsieur,

Merci de transmettre ce mail aux élus.

Chers élus de...,
Madame ou Monsieur le maire,

Repassant dans le Pas-de-Calais, j'ai " naturellement" enregistré une vidéo de ma candidature à l'élection présidentielle devant l'école Albert Châtelet...

En 1958, Albert Châtelet, était l'un des trois candidats aux présidentielles.
Albert Châtelet, né à Valhuon, où en 1974 j'ai appris... à parler français. Oui, avant je baragouinais en patois, en chti quoi.

Cette vidéo est naturellement en une de http://www.valhuon.com et sur youtube :



Même si elle n'est pas la plus vue, celle devant la tour de Montcuq suscitant plus de curiosités...

Je suis donc l'un de ces chtis partis dans le sud-ouest, dans le Lot. Parce que les figues y sont délicieuses !...

Stéphane Ternoise, ce nom est déjà arrivé devant vos yeux ? Depuis 1991... je vivais alors à Arras... je suis écrivain, indépendant. Romancier, dramaturge, essayiste, parolier.

J'ai donc grandi dans un village du Pas-de-Calais et choisi de vivre dans un village du Lot...

Et j'ai publié en 2015 le livre devenu la référence pour les maires et administrés réticents à la disparition de leur commune : « Les villages doivent disparaître ! », j'en suis l'auteur...


J'aurais aimé personnaliser ce message... Il s'agit d'une question de moyens et non d'une impolitesse !...

A moins de six mois du scrutin, je m'adresse ainsi aux maires de France certes pour solliciter votre parrainage mais également aux conseillers municipaux car la démocratie, selon moi, repose sur le pilier principal des mairies, de la proximité (après " les regroupements" , combien de mairies restera-t-il ? comme l'expliquait également, mi 2015, « Les villages doivent disparaître ! », ce livre de référence sur la ruralité en danger)

Me voici donc dans les cinq départements devenus Hauts-de-France (le courriel est bien pratique !). Je ne connais pas chacune des communes mais il s'agit bien de " ma région" ...


La précision technique : je n'ai pas acheté un fichier avec votre nom et l'adresse mail de la commune mais " simplement" collecté l'ensemble des courriels.

Ma CAMPAGNE présidentielle sera LA MOINS COUTEUSE de l'histoire de la Veme République. S'il avait fallu envoyer 36 000 timbres, de toute manière, cela m'aurait été impossible : je suis LE CANDIDAT sans PARTI ni SOUTIEN OFFICIEL, de la ruralité réelle, d'une " certaine" pauvreté assumée.

Le 30 octobre 2016, j’ai annoncé par vidéos cette candidature.

Avec un site de référence : http://www.candidat.info. Oui http://www.candidat.info est un site de Stéphane Ternoise et non celui de Juppé, Mélenchon ou Sarkozy. Pas même Macron...

Le candidat de la ruralité et de l'Internet. D'un autre développement possible de nos campagnes. Et non de leur rattachement programmé à une ville ou un " centre touristique" .

Des vidéos donc. Symboliques. " Pour faire connaissance" . D'autres viendront où j'expliquerai une vision à long terme, exposerai des mesures concrètes. Sur http://www.candidat.info ou la PLAYLIST YOUTUBE :
https://www.youtube.com/playlist?list=PLohVkVBBLrLjI2LRi1Sa1iHYupQXeDqTW

N'hésitez pas à vous abonner à cette " CHAINE YOUTUBE" : c'est gratuit, géré par youtube, et elle sera mon outil phare de communication.

Les vidéos les plus... significatives :

- Naturellement : à Montcuq, devant la Tour. Je vis dans cette commune, la commune nouvelle de Montcuq en Quercy Blanc. :



- Mais également (surtout ?) : devant un auditoire de moutons...
C'est une évidente : cette candidature n'intéresse pas les moutons... Deux s'éloignent rapidement... puis le troupeau !


Ma campagne sera également placée sous le signe de l'humour, avec quelques sketchs prévus et même une chanson officielle sous la forme d'une parodie.
Car je suis écrivain. Vous l'ignorez peut-être.
La ruralité, je ne l'ai pas découverte un matin d'octobre en me rasant... En 2015 je publiais le livre devenu une référence : « Les villages doivent disparaître ! » puis il y eut celui du suivi d'une création de commune nouvelle non désirée par les administrés « Soumissions à Montcuq (Belmontet, Lebreil, Sainte-Croix et Valprionde à genoux) »

Naturellement, je me dois de conclure ce courriel en vous causant de votre parrainage.
Me l'accorder, c'est donner une voix à la ruralité. Vous connaissez naturellement " la nouvelle gestion" mise en place, discrétement.
En me promettant dès ce jour (cette semaine ? ce mois ?) votre parrainage par retour de mail... Vous me permettrez de rendre crédible, aux yeux des observateurs, cette candidature rurale...

Je vous prie de croire, chers élus de..., en l’assurance de mes sentiments littéraires, ruraux et républicains.

Stéphane Ternoise,
http://www.candidat.info

Contact postal : Jean-Luc Petit - BP 17 - 46800 Montcuq en Quercy Blanc

Ecrivain indépendant. Par convictions. Depuis 1991.
Et contrairement " à d'autres" mon livre ne sera pas publié par un éditeur dont le grand patron figure parmi les grandes fortunes de France... (ce sera le sujet d'un sketch).


Arras... le retour et la déclaration aux présidentielles

Etre écrivain professionnel en restant indépendant... Tout a débuté à Arras en 1991


Arras, ce fut d'abord le lycée Carnot, découvert en septembre 1983... En septembre 1984, départ au lycée Guy Mollet, pour un Bac H (comme Informatique... oui, on écrivait sûrement alors Hinformatique dans les ministères) obtenu en 1986. Puis le BTS Services Informatiques, en 1988. Un stage à la Sicorfé, alors "la grande entreprise du Pas-de-Calais de Services Informatiques". Et finalement, à 20 ans, l'entrée à Groupama... toujours là pour ?... Pour nous...

Il fallait bien "travailler"... J'ai raconté dans "ils ne sont pas intervenus (le livre des conséquences)"... Mais il fallait partir... Partir pour vivre...

Oui, devenir "écrivain professionnel", en restant indépendant... c'est vivre de peu... Tout a débuté à Arras. C'était en 1991. Un livre de poésie. Après, naturellement, il a fallu beaucoup marcher... Il faut marcher pour avancer :)
Observer le monde professionnel est préférable, dans une vie d'écrivain. Pour moi ce fut là-bas... Comme c'était drôle, ce milieu !... J'ai raconté... Finalement, j'ai accepté une "mutation géographique" à Reims... où l'informatique de Groupama Nord-est s'implantait... Car le Pas-de-Calais était rentré dans le giron national, sous la baguette de Bernard Delas... "Ça magouille aux assurances" est l'une de mes pièces de théâtre :)

des livres où Arras traverse parfois...

Des livres où Arras traverse parfois... Un écrivain reste imprégné des endroits où il a vécu... 22 rue des trois visages... avec vue sur le lion du Beffroi...
Les principaux livres
En 1992 à Arras Catherine Génisson
Un peu d'histoire commune...

En 1992 à Arras, Catherine Génisson, ès adjointe à l'action culturelle, en une du mensuel gratuit de l'agglomération arrageoise Artois temps libre, ne m'a pas demandé d'écrire une ode au PS (le PRG "n'existait pas") pour présenter mes premiers livres. J'étais un jeune auteur... Depuis, mes livres sont nettement meilleurs :) Mais dans le Lot, je me souviens de l'accueil cordial d'une femme désormais sénatrice... Car dans le Lot, un écrivain vraiment indépendant "n'entre pas" à Cahors ou au département ! Car leur dépêche du Midi, c'est du Baylet, et le "Contact Lotois", Serge Rigal après Gérard Miquel, un sénateur peut-être sur le même banc que madame Génisson...
En 1992, je n'aurais jamais pensé "l'attitude non sectaire de l'élue"... Pourtant, avec le recul, c'était ainsi, comparé au sud-ouest...

En 1992 à Arras, il y avait également "les Duchapeau sont fous d'Arras", de Joël Gaillard. Certains avaient cru qu'il m'éditait, car il avait réalisé une belle promotion de mon deuxième livre, lors de la Foire d'Arras. Mais non, j'étais un jeune auteur local, il m'ouvrait sa publication. Je relis son édito bulle de mai 92, avec une citation de Victor Hugo, du 13 août 1837 : J'attendais mieux d'Arras. Je n'en suis qu'à demi content.

Quant à moi, j'attendais mieux du Lot. Presque 20 ans après mon arrivée, j'adore toujours ses vieilles pierres mais ses politiques ne sont vraiment pas à la hauteur...



Vos Commentaires

Réactions arrageoises et autres

contact arras info

Un ancien élève du lycée Carnot et du lycée Guy Mollet...

Un ancien salarié de Groupama... au 22 boulevard Carnot... au temps de l'union avec le Crédit Mutuel et de Paul Beaulier prétendu tout puissant...
informations sur le Pas de Calais

Parfois, j'écris des textes pour la chanson...
La chanson du côté d'Arras